Partagez | .
 

 Débarquement à l'hôtel Namimori : Nuvola & Piogga! [PV Ukio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helena Morenos
avatar
MessageSujet: Débarquement à l'hôtel Namimori : Nuvola & Piogga! [PV Ukio]   Ven 12 Sep - 0:36
Nuvola & Piogga


« Sois gentille avec tes nouveaux camarades ! ». « Et surtout écoute bien Dino, d’accord ? », j’ai donc fait beaucoup d’efforts et tenter de me montrer aussi agréable que possible pour faire plaisir à Maman, et essayer d’écouter Dino sans trop râler pour faire plaisir à Papa mais l’idée de me rendre ici, dans cette ville de Namimori ne plaisait guère. Outre le fait que je ne connaissais rien de cet endroit, ce qui me déplaisait le plus était la raison de notre venue qui était pour moi : stupide. C’est avec son grand sourire de benêt et son air idiot qu’il m’a dit « Nous avons quelque chose d’important à faire là-bas », ce quelque chose que nous aurions très bien pu faire en Italie si cela consistait à simplement faire la présentation des Gardiens mais il voulut absolument que nous vinions dans cette ville. Il y avait donc probablement une autre affaire que cette histoire de présentation. Mais en attendant je restais là, enfermer dans cet hôtel sous prétexte qu’il serait dangereux pour moi de sortir et que nous risquions d’être découvert si l’un de nous mettait les pieds de dehors. Ce « Nous » dans lequel je ne me comptais pas ce « Nous » que je ne voulais pas voir. Oui. Je n’ai encore jamais vu les autres Gardiens et je ne suis pas pressée de les rencontrer. Je n’ai aucune envie de faire leur connaissance ni tout simplement de les voir. Cela parait étrange puisque nous sommes tous là, dans cet hôtel, à Namimori. Pourtant leurs visages me sont toujours inconnus puisque nous n’avons pas, ou en tout cas, je, n’ai pas voyagé avec eux pour certaines raisons. Peut-être les ai-je aperçu sans le savoir mais je m’en fiche, rien que de savoir que nous sommes dans le même hôtel et qu’ils ne sont pas loin de moi m’horripile en plus d’être enfermée dans cette chambre. Elle n’est pas petite, c’est une suite, tout le monde rêve de séjourner dans une suite mais moi tout ce dont je rêve c’est de sortir. Alors, je me décide à prendre une douche pour me calmer un peu. On ne peut pas établir de bonne stratégie énervé, ni même sélectionner de tenue. Il fallait qu’elle ne soit pas trop voyante pour que les hommes de Dino ne me remarquent pas. Elle devait aussi me permettre d’importer mes armes de façon discrète et ne pas me gêner dans mes mouvements au cas où.

Je connaissais le contenue de ma valise sur le bout des doigts, il m’a donc été facile de faire un premier trie, maintenant je devais essayer ma sélection pour voir quelle tenue serait plus adaptée pour aujourd’hui. L’eau dégoulinait encore un peu formant par conséquent une petite trainée derrière moi, je n’avais pas totalement fini de m’essuyer m’enfin, je voulais absolument voir ce que j’allais mettre aujourd’hui. Tout en attrapant mes vêtements un par un pour les jeter sur le lit, je séchais les zones encore mouillées puis je finis par me décider. Comme je ne devais pas me faire remarquer, il me fallait dissimuler mes cheveux sans pour autant avoir l’air suspect. Un chapeau ne serait pas suffisant donc j’optai pour mon gilet à capuchon de couleur beige. Pas trop voyant malgré ses petites oreilles de chats sur le capuchon, il m’arrivait jusqu’à environ mi-cuisse et couvrait donc mon top à bretelles vert au tissu trop court pour cacher mon nombril et mon short orange. Avec ça j’avais mis des chaussures montantes en toile aux rayures verticales rouge et rouge clair, et aux lacets blancs pour aller avec mon collier à deux rangs fantaisie qui était dans les mêmes tons, et mon fidèle accessoire qui n’était autre que l’une de mes paires de lunettes au style aviateur aux verres rouges et à la monture blanche. Malheureusement ma paire était un peu trop grosse pour passer sous ma capuche, je dû donc la mettre par-dessus… M’enfin pour complète le tout je portais un sac en peluche singe lui aussi beige, et blanc pour pouvoir y mettre mes petites affaires et surtout y ranger mon revolver. Un Smith & Wesson 38 special, avec j’avais pris soin de prendre sa réserve de cartouches.

J’étais enfin prête. Je laissais le désordre et le sol mouillé de ma chambre pour m’aventurer à pas de loup dans les couloirs, évitant soigneusement les hommes de main de ce crétin de Boss, le rush de midi me permettait de me fondre parmi les autres clients qui se dirigeaient vers le restaurant que comprenait l’établissement ou vers la sortie pour aller diner dehors, c’est dans cette foule là que je me faufila. Me laissant pousser jusqu’aux portes de l’hôtel, j’atteignis presque mon but mais il fallut que je me fasse repérer, tout ça à cause de cette fichue paire qui ne voulue pas rentrer sous mon capuchon. J’étais en plein milieu de la partie resto’, il avait hésité quelques secondes avant de s’avancer vers moi et de m’interpeller. Je fis semblant de l’ignorer et accéléra le pas mais il insista en criant presque dans toute la salle « Mademoiselle Ichigo ! » alertant ainsi les autres qui se mirent à ma poursuite dès qu’ils me virent. Je me suis alors mise à courir, bousculant de temps en temps l’un et l’autre client qui nous regardaient sans trop comprendre ce qui se passait. Etais-je une voleuse ou une enfant gâtée d’on-ne-sais quelle importante personnalité ? Leur mine ne trompait pas, ils ne savaient pas trop quelle option choisir et se contentaient de faire comme si de rien était. Encore un peu et j’atteignais la réception mais deux des hommes bloquèrent le passage juste à temps et tentèrent de m’attraper en vain. Je fis donc demi-tour pour regagner ma chambre mais voyant qu’ils eurent l’idée d’également bloquer cet accès, je profitai de l’agitation que l’on venait de créer pour me glisser sous une table et leur faire ainsi croire que je leur avais échappé.

Je patientai plusieurs minutes avant de sortir de là, surprenant les occupants en plein repas. La voie était enfin libre, je pouvais me diriger vers la réception. Néanmoins je restais sur mes gardes, ils devaient surement y avoir quelques hommes postés au cas où je « reviendrais ». Alors je scrutai la pièce du regard avant d’y mettre les pieds. Personne, ils devaient donc être à l’extérieur. Toujours en faisant attention je m’installai dans un angle mort pour réfléchir à comment sortir de là mais c’était sans compter cet idiot qui vint prendre la relève. Ecrasant sa lourde main sur ma petite épaule, il m’agaçait à me sermonner de sa voix criarde en me secouant. « Mademoiselle Ichigo ! Combien de fois devons-nous vous le répéter ?! Vous ne devez pas sortir !», eh bien justement « J’en ai assez d’être enfermée ici. ». Voilà c’était dit, et tout ce qu’il trouva à me répondre était un bête « Je me doute que ça ne doit pas être très agréable mais vous connaissez la situation actuelle… » et blablabla… Il m’énervait encore plus. Je repoussai sa main puis le fusilla du regard, il fallait que je me résigne « Laissez-moi… ». « Mais !... ». Voilà « Mais! », « Mais! » c’était pourtant simple ! Je déteste quand ils insistent à croire qu’ils ne comprennent rien, je n’aime pas me répéter mais lorsque l’on se trouve en face d’idiots qui ne savaient que vous répondre avec un pauvre « Mais » ! « Laissez-moi, tranquille. Je ne partirais pas. Alors laissez-moi ! » Il se décida enfin à me lâcher, et partit prévenir les autres me laissant enfin m’affaler tranquillement dans le fauteuil dans le lequel j’étais installée. Décidément j’étais condamnée à moisir ici…
Revenir en haut Aller en bas
 

Débarquement à l'hôtel Namimori : Nuvola & Piogga! [PV Ukio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPG :: Namimori et son Japon :: Centre Ville de Namimori-