Partagez | .
 

 C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuko Takeda
avatar
MessageSujet: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   Jeu 28 Aoû - 3:08
Avec la Gesso Famiglia, j'avais voyagé. Beaucoup voyagé. J'étais allé dans plein de très beaux pays. Dans de très moches pays aussi. Des pays au nom long, d'autres au nom court. Je me souviens qu'il y avait toujours une chose que je faisais à chaque fois qu'on arrivait à l’hôtel, ou à n'importe quel autre lieu de résidence. Je dormais, dans le lit où je savais que j'allais dormir pendant tout le séjour. Je l'apprivoisais, j'appris à le connaître et il fit pareil. Chaque nouveau lit dans lequel je dormais était un nouvel ami que j'ajoutais à ma liste. Et je dormais sur cet ami. Pas tout le monde ne peut dormir sur leurs amis.
Cela, je le faisais à chaque voyage, comme une tradition. Mais maintenant ça avait changé. Bien sûr, je dormais toujours, voyage ou pas. Mais c'était ça le truc, y en avait pas, de voyages.

J'étais super content de la paix nouvellement instaurée, fier d'être un mafiosi de la Millefiore Famiglia, j'en étais tout excité, mais y a des choses qui resteront exclusives à l'époque de la Gesso. Les voyages en font partie, je m'en rendais malheureusement compte.
Je m'en étais rendu compte depuis qu'on m'avait fourré dans une base certes jolie, mais ennuyante à mourrir, au Japon. Le point positif, c'était ça, que j'étais au Japon. Au Japon, les lits sont confortable, ça explique les yeux bridés. C'est pas à cause du soleil ou je ne sais quoi, c'est tout simplement parce que les japonais restent tellement longtemps les yeux fermés, que leur visage en a pris l'habitude, et les gardent en position fermée tout le temps.

Quand j'explique des trucs comme ça à mes "aînés" de la mafia, ils me prennent juste pour un gamin qui a de l'imagination. Y en a même qui pensent que c'est malsain de dire des trucs comme ça alors qu'on vient d'avoir 17 ans. Moi, je plaisante avec ça, je rigole. Toujours. Être sérieux, c'est trop fatiguant.

Je n'ai jamais changé de caractère, depuis que je suis petit.

C'est étrange, un petit gars toujours souriant et de bonne humeur alors qu'il baigne littéralement dans le crime depuis sa naissance.
Certains profitaient de ce sourire, jamais trop bien sûr. On me demandait des petits services. Yuko, va me chercher ça. Petit, amène ça à ma femme.


-Yuko, tu peux aller nous chercher à manger ?

Oui, voilà, par exemple. Attends, non, il me l'a vraiment demandé là c'était pas dans ma tête ! Oh non, je voulais faire une sieste.
Je pouvais même pas refusé, il avait déjà sorti l'argent et il me le tendait, c'était le point de non retour, l'instant, où je devais dire oui, j'y vais. C'est donc ce que je fis. Je sortis ainsi de la base, la base "Melone", pour me retrouver directement dans une rue typiquement japonaise. Je souriais.

Malheureusement, vint le problème. Je ne savais pas où aller chercher à manger, moi ! Je me frappais presque le front du plat de la main, choqué par ma propre idiotie, avant de limite éclater de rires, choqué par ma propre idiotie.
Je me résolus simplement à flâner dans cette rue japonaise, espérant trouver un restaurant potable. Je savais quelque peu lire japonais, alors ce n'était pas un problème.

Le problème, c'était que je ne savais pas ce qui se passait ici ! C'était un jour férié ou quoi ? Tous les restaurants étaient fermés ! Je fronçais quelque peu les sourcils, avant de continuer mon chemin en mettant mes mains dans mes poches, alourdissant mon pantalon. Mon arme à six canons était déjà accroché à l'arrière, cachée par mon blaser noir. Quant à ses munitions, elles étaient simplement posés au fond de la poche du dit blaser.

Pendant que je me rappelais exactement l'emplacement de chaque chose, enfin de mon arme quoi, je me résolu à autre chose : demander simplement à un passant s'il y avait un restaurant d'ouvert. J'aurais pu demander à n'importe qui. Mais j'arrêtai dans sa marche ce jeune homme, que je me permis de tutoyer, le tout en japonais limite potable. Les aléas des voyages.


-Excuse moi, tu ne saurais pas s'il y aurait un bon restaurant d'ouvert dans les parages ? Je dois amener à manger à mes collègues.


Dernière édition par Yuko Takeda le Jeu 28 Aoû - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aki Katsuo
avatar
MessageSujet: Re: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   Jeu 28 Aoû - 4:08

Dehors, il fait encore nuit noir, seul une légère brume est visible éclairé par les lampadaire dans la rue, mais ça je n'en sais absolument rien. Pourquoi ? Tout simplement parce que je suis entrain de dormir ! Enfin plus pour longtemps. Une sonnerie stridente et répétitive, celle de mon réveil posé sur la table de chevet à côté de du lit. Dans le lit ? Moi, entrain d'émerger d'une sommeil profond, encore engourdit par la chaleur des draps et avec un peu de bave au coin de la bouche. Utilisant les quelques forces dont je suis capable j'éteins la machine infernale. 5h35 ... franchement c'est pas une heure pour sortir du lit, mais travail oblige, je m'assoies le temps de retrouver mes esprits et entend un grognement provenant de la chambre à côté provenant certainement d'Akuma et que je compris comme "Si tu fait encore du bruit, je te casse la gueule".

Après avoir grogner en retour, je me dirigea vers la salle de bain pour une douche salvatrice. Aaah une douche c'est tellement génial. L'eau chaude qui arrive directement sur notre crane et nous permet d'avoir l'air réveillé. Me voila maintenant très propre, direction ma chambre pour m'habiller. Bon un pantalon en toile noir, une chemise blanche. Mon Katana à l'épaule et une veste en cuir noir pour la cacher, voila qui est très bien. Maintenant la cuisine pour un petit déjeuné, le repas le plus important de la journée. Un simple bol de céréale avec du lait, ouais je sais, c'est pas très élaboré, mais comme je n’excelle seulement pour les pizzas et que dans cette villa la seule personne qui sais cuisiné c'est l'Akuma qui ronfle encore à cette heure, je me contente de ça, tout en regardant une chaîne d'information où une blondasse parlait des dernière nouvelle de Namimori, notamment du vague d'enlèvement et du cookie le plus grand du Japon. Baah totalement inutile, aller les dessins-animé ça c'est beaucoup mieux.

6h. Je sort de la villa au bord de la mer, le jour commence à ce lever au milieu de l'odeur d'embruns, ce qui est bien quand on est un boss mafieux c'est qu'on a pas à regarder sur les dépenses. Pourtant je travaille quand même comme patron d'une pizzeria et c'est la bas que je me dirige en ce moment alors que la douce lumière du soleil. Les rues étaient toute calmes et rien n'étaient encore ouvert, j’apprécie beaucoup ce moment où personne ne viens vous embêtez et vous chercher des noises. Sortant mon briquet d'un côte et une de mes lucky strike de l'autre, je fume tranquillement ma clope quand une voix me pris par surprise.

-Excuse moi, tu ne saurais pas s'il y aurait un bon restaurant d'ouvert dans les parages ? Je dois amener à manger à mes collègues.

Je suis un peu pris de cours, premièrement par l'accent de l'homme, enfin surtout par son japonais un peu relatif, je du me repasser sa demande dans la tête deux ou trois fois pour la comprendre parfaitement. Ensuite, par sa tenue, il devait être traiders ou quelque chose dans le genre, enfin je dis ça à cause de son costard qui à l'air très cher, pourtant son attitude ne collait pas. Ces types ont l'airs très coincés d'habitude, lui, pas du tout. On aurai dit une enfant et il souriait encore. Il cherchait un restaurant, sa tombe bien, je suis l'homme de la situation.

-Et bien tu ne risque pas de trouver quelque chose d'ouvert, mais je tient une pizzeria au coin de la rue et j'allais justement l'ouvrir, suis moi et tu sera mon premier client de la journée.

Je sais, je l'ai tutoyé. Ouais ce n'est pas très polie, mais c'est lui qui avait commencé. Il me suivit sans rien dire avec toujours le même sourire. Voila qui allait surement être l'histoire à raconté de ma journée. Et oui ces derniers temps il ne ce passe pas grand chose et tout est ennuyeux j'ai bien l'espoir que cela change très rapidement. Jamais je n'aurai cru me tromper autant. Car quand la pizzeria apparut enfin devant nous, un groupe de personnes en noir nous barra la route, avec des couteaux, des poings américains et des pistolets ... vous vous souvenez quand j'ai dit que les informations c'était idiot ? Les enlèvement et tout ça ? et bien je me trompais.
Revenir en haut Aller en bas
Yuko Takeda
avatar
MessageSujet: Re: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   Jeu 28 Aoû - 5:14
Heureusement que je pensai à mettre mon costume sans le symbole de la Famiglia dans le dos, étourdi comme j'étais, j'aurais pu oublier de changer de blaser. Heureusement, ceci ne s'est pas produit, peut être que si j'aurais oublié je serais sorti plus tôt de la base et ne serait pas tombé sur ce mec...
Il semblait sympa quand même, malgré mon japonais un peu saccadé, il fit un effort pour me comprendre et m'aider. Je pensais que j'allais lui revaloir cela, du mieux que je pourrais. J'espérais juste qu'une occasion se présenterait bientôt.

Sa pizzeria n'était pas loin, je le suivais d'un air joyeux. Je m'imaginais ce que ça devait être, tenir une pizzeria. Je m'imaginai tout de suite qu'on pouvait se faire soi même ses pizzas de rêve, et les manger sans attendre. Je connais le principe du je-cuisine-alors-je-trouve-ça-moins-bon-que-les-autres, mais pour les pizzas je n'y croyais pas. Je m'imaginais tout simplement en engloutir une gigantesque, roter un bon coup, et m'endormir sur place, puisque la pizzeria était à moi...
Je bavai, juste un peu, mais j'essuyai vite ce liquide qui sortait de ma bouche avant que mon guide ne me voit, ç'aurait été la honte. Soudain, il s'arrêta. je failli lui rentrer dedans, mais je fis la même chose que lui pile avant l'impact.

Je tournai ma tête en direction de la prétendue pizzeria, essuyant ma dernière goutte de liquide buccal. Tout ce que je vis, ce fut une bande d'hommes en noir, certains bien massifs, d'autres chétifs mais bien armés. Je repérais vite les fusils à pompes, les pistolets, poings américains et autre couteaux.

Je cachai le plus discrètement possible un long bâillement. Ce fut aussi utile que de cacher un éléphant derrière une souris, ils me lancèrent tous, individuellement, un regard de tueur. Moi, je gardais mon sourire enfantin en m'approchant doucement d'eux, dépassant mon "guide".

Je jetai un rapide coup d'oeil à ce troupeau. En les comptant par paquets, j'aurai dit qu'ils étaient une trentaine. Je leur parlai de la voix la plus haute, mais la plus claire possible.


-Bien le bonjour, chers...euh...bons hommes ? dis-je en les énervant sans aucun doute, me raclant la gorge après cela. Hmm...Je me permets de vous signaler que nous bloquez le passage, à ce jeune homme et à moi. Nous voulons aller à la pizzeria, juste derrière vous. Pour acheter des pizzas. Pour ensuite les manger, mais séparément...Peut être vous joindrez-vous à nous ? Ah ouais mais non, j'ai dit qu'on allait les manger séparément...Vous n'allez quand même pas diviser votre groupe, que je suis bête !

Mon côté je-dis-n'importe-quoi avait encore frappé sans que je ne puisse rien faire. Le pire, c'était que sur le coup je ne m'en étais même pas rendu compte. C'était quand je vis un petit chauve balafré s'approcher de moi en rigolant niaisement, que je sus que ça allait mal tourner. Il sortit de sa poche un canif plutôt...beaucoup gros, et tenta de me trancher avec. Je fis un bond en arrière, à temps heureusement. Je me repositionnai à ma position initiale, à côté de l'inconnu qui m'avait aidé. Peut être allais-je l'entraîner dans de méchants ennuis...
J'entendis soudain comme un bourdonnement de parole venir du groupe de brigands, avant de les voir s'approcher de nous tel un troupeau. Je me rendis à l'évidence; ça n'allait pas être un début de journée agréable.

Calmement, je sortis de sa cachette mon arme à six canons, le prit dans ma main comme pour mesurer son poids, puis je sortis mes munitions de la poche de mon blaser, avant de dérouler le barillet.

Les criminels approchaient à pas lent. On aurait dit un gros rhinocéros qui prenait son temps avant de finalement foncer sur nous.

Je chargeai mon arme avant de lancer un regard pétillant au proprio de la pizzeria, il devait être surpris, le pauvre.


-Ne t'inquiète pas pour le pistolet, c'est un vrai.

Une fois chargé, le barillet fermé, je fis ma main gauche rejoindre ma main droite sur le manche du Maverick, et je visais le tas de brigands. Je fis exactement deux pas en arrière, pour être dans mon domaine de distance adéquat. Avant de tirer, je lançai un regard final au jeune japonais. ce que j'allais dire pouvait être placé hors contexte, mais bon...pas grave !

-Au fait ! Je m'appelle Yuko, Yuko Takeda, et toi ?

Après cela, vint le premier tir. J'avais visé la jambe d'un gros. Tous ses copains le regardèrent, puis me lancèrent un regard noir.
Puis tous, sauf le gros évidemment, se mirent à courir vers nous.


-Moi qui voulais juste chercher à manger et continuer ma sieste... murmurai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Aki Katsuo
avatar
MessageSujet: Re: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   Jeu 28 Aoû - 19:52
Vous savez, je suis pas du genre a chercher les ennuis, enfin ... en réfléchissant bien si c'est mon genre, mais la je peut juré que je n'y étais pour rien ! C'était plutôt mon client, futur client (?) qui avait allumer la mèche et une mèche de dynamite. Il avait dégainer un fusil ce qui me surpris beaucoup. Voila pourquoi il m'avais paru étrange ! Pas parce qu'il était un triller atypique, loin de là, mais parce ce que j'ai un mafieux en face de moi. Un sourire naquis au coin de mes lèvres alors qu'un de nos agresseur m'attrapais et me mis un flingue sur la tempe

-Bouge pas ou je lui fais sautez la cervelle !

Franchement voila une méthode bien dépasser, surtout que Yuko avait préciser que nous n'avions pas de lien en commun. Pour un bandit celui qui m'avait capturer avait vraiment une cervelle d'algue. Je fis un clin d’œil au mafioso que je venais de rencontré puis je levais les bras pour les plaquer contre ma tête comme si je me rendais, sauf que pas du tout, je cherchais le pommeau de mon sabre sous ma veste en cuir. Ah voila trouver. La baston allait commencer pour de vrai maintenant ! Je fermais les yeux, je réunis toute ma concentration pour sentir l'air qui m'entourait, il allait devenir mon arme, l’extension de ma lame.

-Style Tenku no Shouri : Ichi No Kata : Pressionne dell'aria...

Le pistolet de mon ravisseur avait été couper en deux, tout comme les doigts d'un autre qui avait voulu me donner un coup de poing américain. Tout le monde était surpris, en faite le style Tenku no Shouri consiste a magner les surfaces d'air, la première technique du style les fait tournées autour de la lame du sabre, un peu comme les dents d'une scie circulaire ce qui permet de couper même du métal. J'étais à présent dos à dos avec Yuko.

-Aki Katsuo, boss de la famille du même nom. Et si maintenant on les éclataient ?

Je pouvais en voir une trentaine, c'est fou que la police n'est pas encore intervenue, essayons de terminer ça avant qu'elle ne débarque histoire que j'ouvre ma pizzeria. Je me jetais dans la mêlé me battant avec hargne.
Revenir en haut Aller en bas
Yuko Takeda
avatar
MessageSujet: Re: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   Ven 29 Aoû - 3:44
Moins une balle. Pas grave. Il en restait encore cinq dans mon flingue et un peu plus d'une cinquantaine répartis dans les poches intérieures de ma veste de costume. Alors que je tenais en joue des imbéciles qui prirent peur quand ils se rendirent compte de l'arme pointés vers eux, mon guide se fit prendre par derrière. Mais non, pas dans ce sens là, les brigands n'étaient pas plus pervers que ça...

Un pistolet beaucoup moins élaboré que le mien se trouva soudain sur sa tempe. J'entrepris de rapidement tirer sur la main de son agresseur, mais apparemment il pouvait se débrouiller seul. Dans mordant raclement d'air, il prononça ce qui semblait être une formule, et la seconde d'après, il était en position de classe extrême, un katana entre les mains, les balles de son agresseur tombant au sol, tout comme les doigts de son copain.
Je réajustais mes lunettes en agrandissant mon sourire.

Un rapide calcul, et je compris que les brigands, qui nous encerclaient à présent, n'étaient plus que 27. Il ne restait qu'à réduire ce nombre, encore et encore.
L'épéiste vint coller son dos au mien, tandis que j'observais d'un œil, que je voulais vif, nos ennemis. Il se présenta à son tour.

Le boss de la Katsuo Famiglia, rien que ça ! Je considérais cette famille comme rivale de la Millefiore, comme les Vongola et les Cavallone, mais je n'avais jamais imaginé qu'un jour je rencontrerais accidentellement leur boss, ni même que je combattrais si rapidement à ses côtés !
Bien sûr, à ce moment là, pour moi, il n'y avait aucun problème à ce qu'il soit d'une famille adverse. Nous n'étions pas en guerre, seulement en rivalité aux noms de nos Famiglias. Je pouvais manger des pizzas chez lui sans problèmes.

Mais lui, y verrait-il un problème ?


-Ouh, la Katsuo Famiglia, dans ce cas je devrais te dire que je fais partie des Millefiore...Je ne sais pas si tu connais, ça vient de sortir ! dis-je en détendant mes bras pour rapprocher mon arme de mon visage.

Ironiquement, je fus tout de suite obligé de les tendre à nouveau, pour calmer un trio de punks à crêtes qui fonçait de mon côté. Je leur tirai sur un pied chacun, et ils mirent immédiatement un genou à terre, gémissant devant leur pied sanglant.
Je ne visais pas les points vitaux, ils ne semblaient pas plus dangereux que les véritables mafieux que j'avais vu jusqu'ici dans ma courte vie. En tout cas, moins trois hommes en noir.

En comptant, il ne me restait plus que deux balles dans le barillet. Il fallait les utiliser judicieusement et recharger rapidement si je voulais continuer à être utile.
Soudain, un gros barraqué armés d'un poing américain me sauta littéralement dessus. Je stoppai son agression d'un coup de crosse à la joue, plutôt violent. Il heurta le sol mais commença à se relever, tandis que ses copains s'approchaient de moi à grande vitesse. Je n'étais plus dans ma distance adéquat. Je fis alors du coude au boss des Katsuo.


-Hey, couvre-moi s'teuplaît ! chuchotai-je en fouillant à l'intérieur de mon blazer.

Sans même vérifier s'il faisait ce que je lui avais demandé, je baissais les yeux, en plein centre de la bataille, pour ouvrir mon barillet et remplir les trous par des balles. Une fois mon pistolet chargé de ses six canons, je relevais la tête, demandant autre chose à Aki, un peu plus fort cette fois.

-J'te conseille de te mettre à couvert, mon pote !

Une demi-seconde après ma déclaration, je brandis mon arme au niveau des jambes de mes adversaires, et, bondissant vigoureusement quelque mètres en arrières, je commençai à tirer. En me déplaçant doucement de droite à gauche, je vidais mon arme de deux balles, puis j’accélérais d'un coup le rythme.
On entendit ensuite quatre coups de feu tandis que je faisais preuve d'une fluidité incroyable avec mon corps.

Ensuite, des cris. J'avais touché. J'arrêtai ensuite mon flânage pour recharger à nouveau mon barillet. Je souriais toujours. J'aimais utiliser cet art de tir, le Liquid Shots, car avec lui je peux, pendant quelques secondes, faire comme si je dormais même en plein combat. Je soupirai un coup, en pensant à la sieste que j'allais taper une fois les pizzas rapportées.

Je ne savais pas trop combien de gars en bon état il restait après notre bon boulot, à Aki et moi. 5, 10 à peine, normalement. Même si mon Maverick était à nouveau chargé, je ne pris même pas la peine de le brandir devant moi à nouveau, il était juste au bout de mon bras droit ballant. Je m'avançais de quelques pas en regardant fixement les survivants, avant de ricaner joyeusement. Même si cette journée commençait en me fatigant, ça avait au moins le mérite d'être une fatigue marrante !


-Bande d'imbéciles, vous vous laissez maîtrisés de la sorte par deux gamins ?!

Une voix se fit entendre derrière moi. Je me demandais à qui elle appartenait, en me rendant compte que les yeux des criminels encore debout se remplirent de terreur.

Ce qui me choquait, moi, c'était que cette voix semblait être celle...d'une femme !!
Revenir en haut Aller en bas
Aki Katsuo
avatar
MessageSujet: Re: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   Jeu 27 Nov - 22:56

C’était bien ma veine, fallait que je tombe sur un autre mafieux, bon ça c’est plutôt cool ! Franchement j’aurai eu la flemme de protéger un civil à une heure si matinal, mais bordel un Millefiore quoi ! Je n’aime pas vraiment cette famille elle n’est pas connue pour être la plus fréquentable. De toute façon ce type était mon allié par défaut pendant tout ce combat alors bien obligé adaptons nous.

Le combat n’était pas vraiment difficile. Mon camarade ce battais au pistolet. Ce n’est pas une arme que j’aime beaucoup d’ailleurs la seule blessure que je possède a été faite par un pistolet et je n’aime pas devoir prendre le temps de recharger, la preuve est que je du couvrir Yuko pendant qu’il remettait des balles dans son pistolet. Je me jetais pour ma part dans la mêlée, je donnais des coups de sabres au mafieux avant même qu’ils n’aient le temps de tiré, du sang jaillissait de leurs plaies, rien d’assez grave pour tuer, mais bien assez pour les envoyer à l’hôpital pendant une bonne semaine, voilà qui leurs apprendraient a attaquer  des gens dans la rue.

-J'te conseille de te mettre à couvert, mon pote !

Couvre moi, met toi à couver, j’allais finir par lui acheté une couverture ! Je suivis les ordres et je baissai la tête le temps qu’il attaque lui aussi les ennemis après tout il fallait bien que tout le monde s’amuse, sa technique était assez impressionnante pour que je ne la comprenne pas. Son corps semblait faire preuve d’une fluidité exceptionnel qui lui permettait de toucher ses cibles plus facilement, j’aurai bien applaudit, mais il restait encore une petite dizaine de sale type et j’allais avoir du retard sur l’ouverture si les choses continuaient à s’attarder.

-Bande d'imbéciles, vous vous laissez maîtrisés de la sorte par deux gamins ?!

Ah tient voilà le boss final du niveau, enfin la boss pour être exact, c’était une jeune femme qui avait fait son entrée en scène d’une manière assez classe il faut bien l’avouer. Toute la petite racaille semblait morte de peur alors qu’une éclatante chevelure rousse passait entre eux. La femme avait un teint très blanc, elle était grande pour une japonaise enfin grande tout cours, je dirais a vu de nez 1m90. Elle portait un tailleur très chic dissimulé sous une veste en cuir, nous foudroyant de deux grands yeux verts.

-Franchement à 30 contre 2 les gars … je suis toute déçue, si je tache mon costume je vous jure que je vous tuerai tous les uns après les autre … enfin bon sa devrais aller vite.

Tout de suite je me mis sur la défensive. Comme ça elle n’avait pas l’air dangereuse, mais on pouvait presque palper son envie de tuer dans l’air, une goutte de sueur apparu dans ma nuque me faisant frissonner dans le froid du matin, mais il y avait quelque chose de plus. Quelque chose que je n’aurai jamais pensé trouver ici, dans ses mains se trouvait un nunchaku, assez classique sois dit en passant, mais l’arme en elle-même était le dernier de mes soucis, ce qui m’inquiétais c’était la flamme qui la parcourais, une flamme d’une couleur verte, très semblable a de la foudre enfin un néophyte aurai pensé qu’il s’agissait de foudre. Non c’était bien pire  … une flamme de la dernière volonté. J’avais souvent vu à l’œuvre et même utilisé ce pouvoir. Je me tournais vers Yuko lui murmurant un avertissement à l’oreille.

-Fait très attention elle est dangereuse …

Avant même que j’ai la chance d’ajouter quelque chose telle une tigresse elle se lança sur nous avec son arme brandit devant elle. D’un pas en arrière je réussi à esquiver l’attaque qui brisa le béton sous nous pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]   
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est vrai que c'est bon les pizzas...[Aki / Yuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPG :: Namimori et son Japon :: Les Rues/Ruelles-